- Apave - Actualité
Share

Mobilité électrique : comment travailler en sécurité sur des véhicules et engins sous tension électrique ?

D’ici 2023, le gouvernement souhaite la fabrication de : 1.2 million de véhicules propres au lieu de 160 000 aujourd’hui, 100 000 bornes de recharge contre 25 000 aujourd’hui. La mobilité électrique est donc considérée comme une vraie réponse aux enjeux climatiques*.

Véhicule électrique

Mais qui dit « électricité » dit danger. En effet, cette mobilité électrique engendre des risques qu’il faut prévenir lors des opérations de production, maintenance ou recyclage des batteries. Réaliser des Travaux Sous tension (TST) sur des batteries de véhicules (voitures, bus) ou sur des chariots élévateurs exige non seulement des précautions à prendre mais aussi des formations spécifiques à suivre pour éviter tout accident.

Une habilitation électrique est donc obligatoire pour travailler sur les véhicules et engins à énergie électrique embarquée.

De nombreux centres de formation Apave sont agréés pour former aux Travaux Sous Tension :

  • 9 forment sur les batteries stationnaires
  • 4 sur les batteries engins (chariot, PEMP,...)
  • 3 sur les batteries véhicules (Voitures)

Les risques liés aux TST peuvent être :

  • l’électrisation voire l’électrocution,
  • des brûlures si courts-circuits et projection de matériaux en fusion,
  • des fuites de produits chimiques engendrant des problèmes respiratoires et/ou cutanées

 

*Source : Le Monde 14/02/2019

 

Retrouvez nos formations en France :
Partagez cet article